Unité Mixte
de Recherche

Biologie et Génétique
des Interactions Plante-Parasite
 

CIRAD
UMR-BGPI TA A-54/K
Campus International
de Baillarguet
34398 Montpellier Cedex 5
FRANCE


Nous contacter

Copyright © CIRAD 2009
Equip 2 : Interactions Virus Insecte Plante (VIP) Thématique de recherche

Impact des stress abiotiques sur le taux de transmission des virus de plantes
Responsables : Manuella van Munster & Stéphane Blanc
 

Les stress abiotiques affectent les plantes hôtes et le développement des infections virales. Le but de ce projet est d’évaluer comment différents stress abiotiques potentiellement liés aux changements climatiques peuvent modifier le taux de transmission des virus et, en conséquence, leur épidémiologie.

Personnel impliqué dans le projet

M. van Munster
Chercheuse
Responsable du projet
S. Blanc
Chercheur
co-responsable du projet
M. Yvon
Technicien
 

 

Contexte scientifique du projet de recherche

Les conséquences écologiques du changement climatique sont déjà visibles et s’accompagnent entre autres d’une augmentation des épisodes de sècheresse, d’une hausse des températures et de la salinité des sols. Ces stress abiotiques, combinés à des stress biotiques tels que les pathogènes de plantes représentent des contraintes majeures pour la production agricole mondiale. Parmi ces pathogènes, les virus ont un impact agronomique et socio-économique majeur. Ceux-ci sont transmis dans leur grande majorité par des insectes piqueurs-suceurs tels que les pucerons. Les stratégies pour optimiser l’efficacité de transmission et la dissémination des virus de plantes sont multiples et impliquent en particulier des changements de comportements de l’insecte vecteur.

Dans ce cadre, ce projet vise à tester de nouvelles hypothèses émises sur la capacité des virus à réagir aux changements de l’environnement de la plante afin d’optimiser leur transmission. En effet, de récents travaux sur le Cauliflower mosaïc virus (CaMV) ont montré que ce virus est capable de percevoir le signal « spécifique » (présence du vecteur) émis par la plante hôte et de réagir en conséquence par la modification de son comportement intracellulaire (Martiniere et al., 2013). La finalité de cette modification semble être une optimisation de la transmission par le puceron vecteur. Sachant que les voies de signalisation induites par le vecteur sont partiellement redondantes avec celles induites par d’autres types de stress (y compris des stress environnementaux subis par les plantes) il est tentant d'imaginer que certains virus puissent interpréter de manière erronée certains stress abiotiques et y répondent de la même manière qu’ils répondraient à leur insecte vecteur, en augmentant leur transmissibilité (Gutierrez et al., 2013).

Ce questionnement apparaît particulièrement pertinent dans le contexte du changement climatique global, où les plantes seront soumises de façon croissante à de multiples stress abiotiques.

Le but de ce projet est ainsi d’évaluer comment les stress abiotiques associés au changement climatique peuvent impacter sur l’efficacité de transmission des virus de plantes et donc sur l’épidémiologie virale.

Les stress abiotiques influent sur le développement de l’infection virale dans la plante hôte. Le but du projet est d’évaluer comment les stress abiotiques associés au changement climatique influent sur l’efficacité de transmission et donc sur l’épidémiologie virale.
 

Liste des publications sur le sujet

Van Munster, M., Yvon, M., Vile, D., Dader, B., Fereres, A., Blanc, S., 2017. Water deficit enhances the transmission of plant viruses by insect vectors. PLoS One 12(5): 473 e0174398.

Martinière A., Bak A., Macia J.L., Lautredou N., Gargani D., Doumayrou J., Garzo E, Moreno A., Fereres, A. Blanc S & Drucker M.(2013) A virus responds instantly to the presence of the vector on the host and forms transmission morphs. Elife doi: 10.7554/eLife.00183.

Gutiérrez S., Michalakis Y., van Munster M. & Blanc S. (2013) Plant feeding by insect vectors can affect life cycle, population genetics and evolution of plant viruses. Functional Ecology 27 : 610-622.

 

 

   
 
 
   
   
   
 
 
 
asques et ascospores de Magnaporthe orizae - copyright : JL Notteghem spores Magnaporthe oryzae - copyright : JL Notteghem bactéries Xanthomonas pseudoalbilineans (gauche) et Xanthomonas albilineans (droite). Les deux produisent l'antibiotique albicidine (structure en haut de la photo - copyright : S. Cociancich/A. Mainz
  champignon Magnaporthe (vert) en train d'attaquer une feuille de riz - copyright : A. Delteil/JB Morel test d'anticorps sur puceron (Mysus persicae) - copyright : MS Vernerey/M. van Munster/M. Uzest